G U I D E S D E
S U R V I E

Lire le guide. Relire. Le recommander à vos amis. Le re-relire encore. S'affilier à un club de lecture et devenir complètement dingue lorsque le groupe refuse d'élire le guide Livre du Mois. Demander à vos amis s'ils ont eu le temps de le lire?. Quoique vous fassiez: LISEZ-LE!!

Comment survivre au Nowhere?

Le Guide de Survie contient toutes les informations dont vous aurez besoin pour survivre et vous éclater au Nowhere (ou juste pour éviter de mourir au Nowhere).

Il n’y a pas beaucoup de choses que vous devez faire, si ce n’est celle-ci en particulier: lire le Guide de Survie. Puis le relire. Et le faire lire à vos amis. Il y a vraiment toutes les informations nécessaires, comme la localisation du site, l’itinéraire, les affaires à emporter et à ne pas emporter, etc…

Guide de Survie émotionnelle

Le Nowhere, c’est un challenge. Et pas seulement physiquement. On a tous lu le guide de survie, mais qu’en est-il de notre état mental?

Chaleur. Poussière. Bruit. Déshydratation. Des situations bouleversantes et épuisantes. Des nouvelles pratiques. Un nouvel environnement. L’interaction avec les gens qui peut être particulièrement intense. Ou le sentiment de solitude extrême, sans bulle de confort.

En vous préparant à l’avance, vous pouvez arriver serein et prêt pour la charge émotionnelle qu’implique le Nowhere. Soyez attentifs à vos émotions, et n’hésitez pas à demander de l’aide dès que vous le jugez nécessaire – et souvenez-vous, il y en a eu d’autres avant !

Faire attention à votre état physique a un impact important sur la qualité de votre aventure au Nowhere. Vous aurez beaucoup plus tendance à craquer si vous souffrez de déshydratation, de fatigue, de faim, de douleur ou d’insolation.

  • Soyez à l’écoute de votre corps ! Ne le poussez pas au-delà de vos limites, et soyez plus tendre avec vous-même que vous ne le seriez dans un environnement normal.
  • Rappelez-vous de faire des siestes. ça peut paraître trivial, mais il est facile de passer à côté avec le flux imposant des activités possibles au Nowhere. Prenez des moments de repos à l’ombre, reposez-vous à votre camp, ou participez à une discussion ou un workshop calme dans un camp ou au MoN (Centre du Nowhere).
  • Sensible au bruit? Il vaut alors mieux planter votre tente loin des camps bruyants, dans une zone calme. Amenez des boules quiès!
  • L’intoxication a des effets secondaires. Gardez à l’esprit que cela peut sérieusement modifier vos états physique, émotionnel et mental pendant mais aussi après. Soyez malin: pour rappel, vous êtes dans le désert – il fait chaud, vous êtes déshydraté, et votre tolérance est bien plus basse. Si vous avez des doutes, parlez-en au Welfare Enough ou jetez un coup d’œil sur les liens suivants:

Il n’y a AUCUNE honte à demander de l’aide – tout le monde en a besoin de temps en temps! C’est à vous de faire le premier pas, de montrer que vous en avez besoin. L’autonomie radicale (un des 10 principes du Nowhere) implique entre autres de ne pas attendre quand vous avez des soucis. Si vous êtes dans une situation difficile, faites en sorte d’en sortir.

  • Si vous êtes blessé ou que vous avez besoin d’assistance médicale, allez au Malfare ou à la Croix Rouge.
  • Si vous vous sentez submergé et que vous avez besoin d’un endroit calme et sûr pour vous reposer et être aidé émotionnellement, vous trouverez une tasse de thé et un bénévole sympa (et adorable) à votre écoute pour parler calmement dans un environnement sobre au Welfare Enough.

Ces gens, ces Personnes… Certains seront fabuleux, incroyables, enrichiront votre vie de manière exquise et d’autres seront… Irritants. Les gens ne seront jamais tous d’accord en même temps pour telle ou telle activité: certains vont vouloir danser sur des musiques très fortes alors que vous essayez de dormir, ou vice-versa, et votre moment de gloire dansante aura affaire à des bonnets de nuits pas contents. Ou alors vous vous retrouverez dans des cas où ce sont les personnalités qui ne peuvent pas s’accorder. Dans tous les cas, cela peut conduire à des situations particulièrement stressantes.

Pour faire face à ces situations: grande inspiration, grande expiration. Rappelez-vous de ce principe du Nowhere: l’intégration. Tout le monde peut s’amuser à sa manière, même si ce n’est (peut-être) pas la même que vous. Essayez de prendre du recul et de trouver un endroit plus en accord avec votre envie du moment (oui, ok, plus facile à dire qu’à faire quand c’est à 4h du matin et qu’il y a une grosse soirée dubstep à l’entrée de votre tente). Soyez respectueux de toutes les expériences du Nowhere, et si vous haussez le ton, soyez poli et respectueux.

Si vous vous retrouvez dans une confrontation difficile avec une autre Personne, prévenez un NoMad.

Barrières de la langue

Comme les participants viennent de toute l’Europe (et de plus loin encore!), l’Anglais a la main haute au Nowhere. Si l’Anglais n’est pas votre langue maternelle ou que vous ne le parlez pas très bien, vous risquez de trouver ça frustrant de temps en temps.

Pour rappel: il y a une probabilité non nulle pour qu’il y ait des Personnes qui parlent votre langue, et qui seront ravies de faire une pause sur l’Anglais ! Les Personnes sont parmi les personnes les plus sympa qui existent, donc n’hésitez pas à demander autour de vous s’il y a des gens comme vous. Ils vous aideront et vous aiguilleront dans la bonne direction.

Le Nowhere, c’est un environnement fait de liberté et d’ouverture d’esprit. Il est donc important pour vous de définir vos limites, et de les exprimer dès qu’elles vous semblent enfreintes par d’autres. Par exemple, discuter avec une Personne nue ne vous pose pas de problème, mais un câlin de leur part vous mettrait mal à l’aise. Dites-lui – elle ne peut pas le deviner ! La communication, c’est la clé.

De la même manière, gardez à l’esprit que tout le monde n’appréciera pas forcément un câlin d’ours de votre part. Il y en a certainement plein qui apprécieront le geste, mais ne forcez pas les autres qui pourraient ne pas – nu ou pas nu. Il vaut mieux demander avant.

Le consentement et le respect des limites sont primordiaux.

Ceci étant dit, si quelqu’un a une attitude vraiment irrespectueuse voire franchement dangereuse, et que leur demander d’arrêter ne suffit pas, alertez les NoMads. Nous prenons très au sérieux les cas d’harcèlement en tout genre.

Nous sommes en train de développer le projet de consentement NoBed – consulter régulièrement ici pour avoir bientôt plus d’informations.

Pour 10 litres :
* 26g de sel (pour le sodium)
* 29g de carbonate de sodium
* 15g de chorure de potassium (sel à bas
taux de sodium)
* 5L de jus de fruit (jus de raisin à éviter)
* 1.5L d’eau pétillante
* 1 sac de glace (2L)
* 1.5L d’eau
Tout ça à mélanger ensemble, et à
boire. Sinon, pense à prendre un stock
de ta boisson ré-énergisante favorite
ou d’électrolytiques/de sachets de
réhydratation chez le pharmacien.

Le Nowhere peut être une aventure difficile pour les relations aux amis ou aux partenaires. Particulièrement pour les couples, il est important de se poser certaines questions avant le Nowhere. Discutez de vos attentes respectives, avant mais aussi pendant l’évènement.

Certaines questions par exemple à se poser pour vous et votre partenaire:
  • On fait quoi si on se dispute?
  • Est-ce qu’on passe tout notre temps ensemble, chaque jour, ou on est indépendant?
  • Est-ce que tu t’attends à ce qu’on dorme dans la même tente tous les soirs?
  • Comment tu te sentirais si j’interagissais avec une Personne nue? Et comment tu te sentirais si je voulais être nu(e)?

Pour toutes les relations, y compris les amis, c’est une bonne chose de se donner des temps, régulièrement, pour être tous ensemble. En contrepartie, il faut donner de l’espace à tous pour qu’ils en profitent individuellement – et à vous aussi! Détachez-vous de votre groupe et partez à l’aventure. Spécifiez vos envies, vos limites, et soyez à l’écoute de ceux de vos amis et partenaires.

Et souvenez-vous! L’irritabilité est le premier signe de déshydratation, donc hop, un coup d’eau ! Le stress lié au Nowhere peut transformer la plus gentille personne au monde en petit dragon féroce. Soyez le plus indulgent possible.

Par moments, on peut penser que le Nowhere est fait pour les extravertis, les gens sûrs d’eux et forts. Faire la fête, porter des déguisements ridicules, rencontrer toujours plus de nouvelles Personnes, ça peut faire beaucoup si vous êtes timides ou un peu introverti (comme 25% de la population). On peut très vite se sentir mis à l’écart. Ou il suffit que vous ne soyez pas au top de votre forme pour que ce soit « trop ».

Rappelez-vous! Il n’y a de bonne ou de mauvaise façon de profiter du Nowhere. Pas confortable avec l’idée de danser sur la scène du Costume Camp déguisé en lapin? Ne le faites pas. Peut-être que pour vous, le Nowhere, ce sera d’admirer les étoiles et de refaire le monde en discutant avec vos amis plutôt que de faire la fête – et ça, c’est tout aussi bien. Prenez un jour pour vous, pour considérer vos expériences et prendre soin de vous. Vous n’avez pas à être à bloc tout le temps !

Ne comparez pas vos expériences à celles des autres, et faites ce qui VOUS semble juste. Vous avez peut-être besoin d’un peu de temps (ou de beaucoup) pour vous chaque jour. Welfare Enough, le Temple, Ohana House ou une motte de terre sur une colline seront parfaits pour ces moments au calme.

De ceux qui vont au Nowhere, tous ne sont pas des fêtards ! Beaucoup préfèrent dormir dans leur tente la nuit et profiter des activités durant le jour (nombreuses!). « Connais-toi toi-même » ainsi que tes envies, et faites ce qui VOUS rend heureux.

Si vous vous sentez particulièrement submergé, ou déprimé, faites un saut au Welfare Enough. Ils sont plus qu’expérimentés et prêteront une oreille amicale à tous ceux qui se sentent dépassés.

Connecter avec les autres Personnes

Rencontrer de nouvelles personnes est un des plus grands plaisirs du Nowhere, mais pour certains, c’est une étape beaucoup plus compliquée que d’autres. En particulier parce que beaucoup de Personnes se connaissent déjà, à travers les Nowhere précédents ou d’autres évènements du genre. Bien heureusement, il existe plein d’autres manières de s’intégrer.

  • Le bénévolat est une des meilleures manières de rencontrer du monde. Travailler dans un but commun au sein d’une équipe va vous permettre de rencontrer une grande variété de Personnes, sans avoir à chercher un sujet pour casser la glace, tout en donnant du temps à la communauté. La Construction ou la Déconstruction font partie des meilleures opportunités pour cela. Consultez la page « Bénévoles » pour d’autres idées.
  • Les workshops sont une occasion de rencontrer des gens avec les mêmes idées ou questions que vous, en particulier si vous êtes seul.
  • Votre propre camp ou barrio est aussi naturellement un lieu de rencontre. Ne soyez pas intimidés, si les gens paraissent tous se connaître – Le Nowhere est un des endroits les plus conviviaux, sentez-vous libre de joindre tel ou tel groupe.
  • Si vous avez tendance à être nerveux rapidement, ayez dans votre manche quelques questions pour briser la glace, par exemple: « comment vous avez entendu parler du Nowhere? », « Vous êtes dans un Barrio/en Campement Libre? Vous avez un projet particulier? », « qu’est-ce que vous préférez ici pour l’instant? »… Des questions simples pour lancer la conversation. Après, à vous de jouer.

Le Nowhere peut être éprouvant… Mais le retour au « monde réel » peut tout autant l’être après une semaine (ou plus) de liberté et d’expression radicale. Les effets secondaires incluent notamment la tentation de tout laisser tomber et d’intégrer une troupe de cirque, ou autre fantaisie du genre…

Cependant, vous ne devez pas vous précipiter et prendre la décision de tout changer du jour au lendemain, même si le Nowhere vous a grandi et ouvert les yeux. Donnez-vous du temps, que la poussière retombe (sans vouloir faire de jeu de mots), avant de quitter votre boulot ou votre partenaire, de déménager à l’autre bout du monde ou autre… Vous êtes dans cette situation depuis déjà tellement longtemps, vous pouvez attendre encore un mois pour réfléchir, non ? Ce sera peut-être la bonne décision sur le long terme, mais il y a une possibilité que vous ne pensiez pas de façon rationnelle. Pas encore.

Faites de votre mieux pour ne pas être insensible aux personnes que vous avez laissées à la maison avant de partir. Il est facile pour vos amis ou votre partenaire de se sentir fade et ennuyeux face à l’extravagance du désert: prenez le temps de les rassurer, de leur dire que vous les aimez et que vous les trouvez intéressant, même s’ils n’ont pas été au Nowhere.

Et bien qu’impatient de leur partager votre expérience du Nowhere, respectez leurs opinions et leurs désirs. Ne les forcez pas à écouter et accepter vos épisodes du Nowhere s’ils ne sont pas vraiment intéressés.

En bref…
  • Soyez attentifs à votre corps
  • Appelez à l’aide si vous en avez besoin
  • Affirmez vos limites et communiquez-les, non seulement aux inconnus mais aussi à vos proches
  • Faites ce qui VOUS rend heureux
  • Interagissez de la manière où VOUS vous sentez à l’aise
  • Après le Nowhere, soyez réfléchi, prenez le temps de considérer vos choix, que ce soit ceux faits pendant le Nowhere ou dans le « monde réel »